Châtillon-en-Diois

Les cabanons

vendredi 2 février 2018 par hubert

Dans les années 1870, le phylloxéra provoque l’arrachage des vignes infectées et le ré-encépagement. Les traitements phytosanitaires deviennent indispensables avec les nouveaux cépages. Ils nécessitent de l’eau que les viticulteurs se sont procurée sur place en créant des systèmes de récupération des eaux pluviales. C’est à partir de 1880 que ce sont construits un grand nombre de cabanons.


De nombreux cabanons sont de simples cabanes à outils, souvent équipés d’un système de récupération des eaux de pluie grâce à des chenaux et gouttières qui alimentent, soit une citerne soit de simples fûts. Certains comportent une ou deux pièces d’habitation, d’autres sont pourvus d’une cheminée ou d’un poêle.
Dans les années 1970, la plupart des cabanons perdent leur fonction première de stockage, d’abri ou de logement. Plusieurs disparaissent, parfois démolis par leurs propriétaires. A l’initiative d’acteurs locaux alertés par ces destructions, des études sont entreprises dans les années 80 et une réflexion conduite sur un projet de réaffectation des cabanons en « micro-gites » n’a pas abouti, pour des raisons techniques liées à l’assainissement et à l’adduction d’eau.
A cette époque le Parc Naturel du Vercors a collaboré à une opération de sauvegarde des cabanons en octroyant une subvention qui a permis la restauration de seize d’entre eux.

Rénovation de deux cabanons des vignes

En 2006 l’opération de rénovation menée par la commune de Châtillon-en-Diois et le parc naturel régional du Vercors, a permis de restaurer deux cabanons, emblématiques du territoire et qui étaient particulièrement dégradés : celui du Maupas, en bordure de la route départementale et celui de Francis Borel, au lieu-dit Beylière plus rustique dans sa construction.

Le Parc a effectué en amont un inventaire et une étude sur ces cabanons qui a permis de rédiger un cahier de prescriptions pour proposer aux personnes concernées par ce patrimoine et en particulier aux propriétaires, des conseils illustrés pour l’entretien, la réhabilitation ou la restauration de ces édifices.

Le cabanon du Maupas

Par sa situation et sa qualité architecturale il est destiné à un rôle de point d’accueil et de découverte pour le visiteur de passage.
Les matériaux et techniques utilisés pour la restauration reprennent les techniques et matériaux traditionnels expertisées lors du diagnostique préalable.

Le cabanon du Maupas est refait à l’identique précise B. Naudot architecte et maître d’œuvre, avec une déclinaison en forme d’ « écorché » pour laisser voir les modes constructifs qui ont prévalu à son édification : types de plancher et plafond, enduits et décors intérieurs, traitement des façades, menuiseries, pièces de vie ... Tout est prévu pour appréhender depuis le rez-de-chaussée l’ensemble du bâtiment et les activités qui s’y déroulaient.

Ce cabanon rénové est ouvert pour une visite libre et à l’intérieur un document multimédia est à la disposition des visiteurs.

JPEG - 168.7 ko
Restauration du cabanon Maupas
PDF - 2.7 Mo
Prescriptions de restauration

Mentions legales | Contact | Plan du site | |

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site PATRIMOINE VITICOLE Mise à jour : mercredi 3 juillet 2019